1. Ce site utilise des "témoins de connexion" (cookies) conformes aux textes de l'Union Européenne. Continuer à naviguer sur nos pages vaut acceptation de notre règlement en la matière. En savoir plus.

Christophe Ono-dit-Biot - Birmane

Discussion dans 'Retour sur divertissement' démarrée par tontonio, 2 Janvier 2011.

  1. tontonio

    tontonio mage à Ankh Morpork Membre de l'équipe

    Inscrit depuis le :
    4 Décembre 2002
    Messages :
    7 578
    "J'aime" reçus :
    12
    Christophe Ono-dit-Biot - Birmane

    [​IMG]


    Quatrième de couverture :
    Partir ! « Aujourd'hui, le paradis est à portée de carte bleue. »
    En délicatesse avec sa fiancée, son travail, et une vie sans surprise, César décide de gagner l'Asie de tous ses fantasmes avec une idée folle : rapporter de Birmanie, ce pays coupé du monde, l'histoire qui changera sa vie.
    De Rangoon la tropicale aux mirages de la Vallée des rubis, il plonge dans une réalité où la violence de la dictature cohabite avec la beauté la plus ensorcelante. Guidé par une jeune femme médecin, il s'enfonce dans le pays. Au cœur des ténèbres, le voyage du jeune Français va se transformer en formidable aventure. Vers une légendaire Femme-Tigre, réfugiée avec son peuple au cœur de la jungle du Triangle d'Or.




    Certains romans parviennent, par leur puissance évocatrice, à créer une sorte d'univers dans lequel le lecteur est happé. Une page en appelle une autre, l'heure n'a plus d'importance, on est prisonnier de l'histoire.
    C'est exactement ce qui m'est arrivé avec "Birmane". De la première à la dernière page j'ai été captivé par ce récit, celui d'une initiation, d'une quête, de l'aventure. Un français part réaliser un rêve en s'aventurant dans la dictature Birmane, avec l'espoir un peu fou d'interviewer un des parrains de la drogue et se montrer à lui-même qu'il existe vraiment. Car César, c'est son prénom, est las de l'Occident, il a soif d'Asie. Et sa soif est contagieuse, on a envie de le suivre.

    Je ne connais rien à la Birmanie mais ce livre a éveillé ma curiosité. Sans partager l'amour évident de l'auteur pour ce pays, j'ai été dépaysé le temps de ma lecture. Un peu comme avec les Cavaliers de Jospeh Kessel, mais d'une façon très différente : Birmane est avant tout un livre d'aventures et d'amour. Les personnages sont réalistes et très attachants, voire mystérieux pour certains. Pas ici de poésie, de grande description. Le récit avance à toute vitesse pour suivre une aventure à marche forcée.
    L'immersion de César dans la jungle Birmane est l'occasion pour l'auteur de présenter un peu la culture locale, même si cela reste limité : le livre reste écrit pour des européens qui ne connaissent pas le pays. On ne rentre pas dans le détail des modes de vie, des pensées. Cela reste avant tout de l'aventure.

    Au final j'ai beaucoup aimé ce livre. Je vous le recommande pour l'évasion qu'il procure, mais pas pour la découverte du pays, qui reste limitée. On sent toute la richesse de cette culture encore méconnue, toute la complexité de sa situation politique actuelle, mais on ne fait que l'effleurer. Ce qui n'empêche pas le voyage d'avoir lieu.
     

    Pièces jointes: